à BESSINES SUR GARTEMPE
Fenêtre de style gothique finissant XVème d’un granite au grain très fin provenant de la chapelle du château de Monisme (bâtit au XVème avec pour sa défense de larges douves maçonnées, il connut divers propriétaires dont les Seigneurs de Razés, il fut réparé et doté d'une chapelle en 1739). La fenêtre fut encastrée en 1875 dans la maison face au Bureau d'Information Touristique de Bessines. Elle est très finement sculptée. Deux colonnettes torsadées supportent un linteau où trois roses s'épanouissent sous un pinacle orné d'une double nervure surmontée d'une cordelière en feston et marquée de deux lettres sculptées, à gauche un 'A' et à droite ce qui pourrait être le reste d'un 'R'. Seraient-ce les initiales d'un Antoine de Razés ?








Maison privée, ne pas entrer. Ne se visite pas. Fenêtre visible du trottoir.
à PEYRAT LE CHATEAU
Vers l'an 1000, avant la création de l'étang, une enceinte protégeait une motte castrale dominant le site. Au XVème siècle, elle est remplacée par la tour carrée, tour-porte, qui est au centre du remaniement défensif de l'enceinte. Aux XVIIème-XVIIIème siècles, un bâtiment d'habitation s'est greffé à cette tour pour donner à l'édifice son aspect actuel.
à NEXON
Le Château de Nexon
Aux sources de l'anglo-arabe

A l'entrée d'un parc d'ornement aux arbres centenaires, le château de Nexon témoigne de l'émergence d'une riche baronnie limousine dont la puissance est étroitement associée à l'essor de son haras puis à la réputation de son élevage de chevaux anglo-arabes.

Liée jusqu'au début du XVIe siècle à la destinée des Lastours, puissants seigneurs de Nexon, Hautefort et Pompadour, cette co-seigneurie est vendue avec ses droits de justice, vassaux, hommages, colombier, etc. par Galliot de Lastours à Léonard de Gay en 1532,

Siège dès le XVIe siècle d'un haras considéré comme un des plus anciens de France, Nexon doit son expansion à la volonté de Colbert d'édifier un premier règlement sur les haras afin d'assurer la relève en chevaux de selle de l'armée royale. En effet, descendants de chevaux arabes rapportés traditionnellement des Croisades par Goulfier ou Guy de Lastours, les limousins généreux et robustes étaient recherchés pour leurs aptitudes à la guerre et à la chasse.

De 1623 à 1633, la famille de Nexon édifie le château actuel et agrandit le haras au point d'en faire une jumenterie estimée. En 1709, elle abritera plus de soixante juments andalouses ou limousines et trois étalons: un barbe originaire de Barbarie (Maroc), un genêt d'Espagne et un limousin. Sous la Révolution, l'Assemblée Nationale vote l'abolition des haras, «sérails de mâles» jugés comme contraires à la liberté. Mais en 1806, un an après le rétablissement des courses, Napoléon la réhabilite les haras. La mode des chevaux anglais qui s'affirme sous la Restauration pousse le baron Astolphe de Nexon (1817-1876), en 1840 à importer son premier pur-sang, point de départ de lignées prestigieuses qui feront de Nexon, conjointement avec Pompadour, le berceau de la race anglo-arabe.

L'écurie de course, créée en 1876 et son brillant gentleman-rider: Maurice de Nexon (1884-1967) accroissent la prospérité des Nexon. En plus de spacieuses et luxueuses écuries, ils agrandissent leur demeure, l'agrémentent d'un parc et édifient en 1895 une résidence d'été, le château de la Garde.

En 1983, les Nexon se dessaisissent du domaine au profit de la commune qui aménage le château en hôtel de ville et entreprend d'en restaurer le parc paysager de 40 hectares et sa rivière «à l'anglaise».

En face de l'église, passé la poterne d'entrée, on découvre le château avec sa cour intérieure ornée de la fontaine de Saint-Ferréol (1629) et bordée sur la droite par les écuries du haras, Datant du XIXe siècle, elles sont aménagées en larges stalles et boxes dont les séparations et portes cintrées en bois plein sont ornées de balustres dans leurs parties hautes.

Construit au XVIIe siècle, le corps de logis fut agrandi à l'ouest à la fin du XIXe siècle. Côté jardin, la façade flanquée de deux tours rondes est agrémentée d'un cadran solaire surmonté par une lucarne aux baies géminées et au fronton décoré des armes des Nexon.

Détérioré sous l'emprise de la Grande Peur et des comités révolutionnaires, l'intérieur a été réaménagé au XIXe siècle. Orné de deux tapisseries d'Aubusson du XVIIe siècle et d'un plafond à caisson, le salon du rez-de-chaussée est devenu la salle de conseil.

Le parc « à l'anglaise ", fermé à l'est par une haute allée de platanes, a été dessiné par le comte de Choulot, paysagiste célèbre et ami de Napoléon III. S'appuyant sur une colline boisée, il crée perspectives et alignements, plante arbustes d'ornement et essences rares, intègre fabriques et plans d'eau, enfin forme un réseau d'allées conduisant à une petite chapelle funéraire du XIXe siècle nichée à mi-pente.

Lieu d'ostentions séculaires, Nexon s'est développé autour de son église élevée au XIe et XVesiècle. A cet édifice roman dominé par un clocher octogonal percé de huit baies cintrées, fut ajoutée en 1455 une belle nef de style gothique tardif.

A côté, un bloc de granit percé en son centre serait le tombeau de Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts. Ce dernier en allant rejoindre avec un contingent allemand, l'armée de Coligny aux Cars, aurait été atteint de fièvre et serait tombé « ivre mort» à Nexon peu avant la bataille de la Roche-l'Abeille (25 juin 1569), d'où le distique d'Estoile: PONS SUPERAVIT AQUAS, SUPERAVUNT POCULA PONTEM.
Visites guidées l’été (1/07 au 31/08), minimum de 4 personnes
à RILHAC LASTOURS
Le château de Lastours, témoin d'une histoire longue de près de 700 ans, est un site restauré et mis en valeur grâce aux bénévoles de L' Association de Sauvegarde du Patrimoine et de l'Environnement en Limousin. Dès les beaux jours revenus, le château réouvre ses portes pour vous accueillir, petits et grands. C’est un véritable voyage dans le temps que vous vivrez avec surprise et plaisir au son de musiques et chants médiévaux, en rencontrant les chevaliers et damoiselles du château. L’aventure vous attend !
Le château restera fermé cet été 2021 en raison des mesures sanitaires covid19. Informations : ASPEL au 05 55 58 38 47
à SAINT JEAN LIGOURE
Le château de Châlucet, forteresse médiévale du XIIe siècle fait partie du parc forestier du domaine de Ligoure. En vous promenant dans les ruines du "haut" Châlucet, vous pourrez admirer l'impressionnante façade ainsi que des vestiges de sa grandeur d'antan, tels des restes d'escaliers perchés au sommet de tours disparues, des arches d'anciennes portes ou d'anciens passages. Dans le "bas" Châlucet, montez au sommet de la tour Jeannette afin de découvrir un superbe panorama sur la vallée de la Briance. Une belle promenade mêlant patrimoine et nature à découvrir...
Château et domaine en accès libre tous les jours jusqu'au 31 décembre de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h30. De novembre à mars, le site reste accessible en extérieur mais le château et la tour Jeannette seront fermés. Informations : Maison d’accueil au 05 55 00 96 55. Château de Châlucet , propriété du Conseil Départemental.
à RAZES
XIIIème - XIXème siècles.
à BESSINES SUR GARTEMPE
Jean-André Périchon, ingénieur des Arts et Métiers et directeur d’une sucrerie pendant 22 ans en Egypte, sera qualifié de 'Bey' par le Khédive. En 1905, il fit construire un manoir de style Renaissance. Couverture en ardoises, tourelle au toit en poivrière sur la face sud-ouest surmontée d’une girouette sommée d’un croissant de lune oriental. Côté route, une véranda de style égypto-turc dénommée 'salon mauresque' avec meubles et bibelots ramenés d’Egypte. Sa collection d’objets de la civilisation égyptienne est au Musée des Beaux-Arts à Limoges.
Privé. Ne se visite pas.
à BESSINES SUR GARTEMPE
à ROCHECHOUART
Dressée sur un promontoire rocheux, cette forteresse des XIII et XVe siècles a été
remaniée au XVIIe et XVIIIe siècles. La cour intérieure Renaissance est agrémentée d’une galerie à arcades et colonnes torses. A l’intérieur, deux salles abritent des fresques du XVIe siècle. La première retrace des scènes de chasses, la seconde, monumentale, évoque les travaux d’Hercule. Le château abrite aujourd’hui la collection du Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart, des expositions.
Ouvert tous les jours sauf le mardi - Du 1er mars au 30 septembre : 10h - 12h30 / 13h30 - 18h ; Du 1er octobre au 15 décembre : 10h - 12h30 / 14h - 17h ; Visites libres ou guidées pour les groupes. Tarif normal : 4,60 euros - Réduit : 3 euros - Chéquier Pass 3,5 euros - Enfant moins de 12 ans : gratuit - Gratuit le 1er dimanche du mois (sauf en juillet et août) - Réservation pour les groupes et les visites guidées au château au 05 55 03 77 91.
à EYMOUTIERS
La maison dite de la Tour d'Ayen, logis de notable typique des XVI et XVIIéme siècle en milieu urbain, se distingue par une élévation soignée et ornée.
La tour d'escalier, du XVIéme siècle est inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques . Elle posséde des fenêtres Renaissance et une porte ornée d'un écusson martelé. Comme la toiture du clocher de la Collégiale, la tour est couverte en bardeaux de châtaignier. Ce fut autrefois, du temps des grandes foires, un restaurant renommé; aujourd'hui des chambres d'hôtes.